Menu Close

Current Exhibitions

Admission is always free. Click here to plan your visit!

The Decorated Surface

Matthias Ostermann, Square Wall Plate (Chair with Bouquet on Table), n.d.. Maoilica ceramics. 26.5 x 26.5 x 4.5cm. Collection of Suzann Greenaway.

January 28 to May 21, 2023
Matthias Ostermann, Carole Epp, Debra Kuzyk and Ray Mackie (Lucky Rabbit), Richard Mund, Karin Pavey, Jim Smith

Le désir de le faire, et le sentiment que cela doit être fait, ont été presque aussi universels que le désir de danser ou celui de laisser des traces de pas dans le sable.
—Alan Caiger-Smith

L’art de décorer les pots a une longue histoire et son étude nous permet d’explorer et de comprendre les cultures du monde. Dès ses débuts, la poterie offrait une surface invitante à décorer. Par exemple, les plus anciens pots de la culture Jomon (Japon, 14 000 à 7 500 AVE), utilisés pour cuire ou conserver la nourriture, montrent des empreintes de cordes pressées sur leur surface. Les poteries grecques sont peintes dès l’âge de pierre (4 000 à 2 000 AVE) et des décorations plus élaborées apparues à l’âge de bronze (3 300 à 1 200 AVE) illustrent des scènes de la vie courante ou des mythes et légendes. Leur étude nous informe sur les croyance, les rites et les pratiques religieuses et culturelles.

La surface décorée est un projet longuement mûri. Son intention est de rendre hommage au regretté Matthias Ostermann (1950 - 2009) et d’examiner le travail de décor de six artistes canadiens contemporains. Ostermann est bien connu pour ses majoliques, les trois livres et les nombreux articles qu’il a publiés ainsi que les ateliers qu’il a dirigés à l’international. Les artistes présentés sont Carole Epp (Saskatchewan), Debra Kuzyk et Ray Mackie (Lucky Rabbit, Nouvelle-Écosse), Richard Mund (Ontario), Karin Pavey (Ontario) et Jim Smith (Nouvelle-Écosse). Chacun se reconnait par son style unique inspiré par l’histoire ou par les événements présents.

 

 


Essence

Joël Brodovsky-Adams, Glory Hole iv, 2021. Semi-porcelain, underglaze, glaze. 10.5 x 10.5 x 20.5”. Collection of the artist. Photo courtesy of the artist.
Kathy Kranias, Surge, 2021. Raku sculpture clay, hand built. 21 x 21 x 17″. Collection of the artist. Photo by Marina Dempster.

January 14 to May 14, 2023
Joël Brodovsky-Adams, Susan Collett, Kathy Kranias, Montserrat Duran Muntadas, & Brad Turner

De maintes façons, l’art et les objets qui nous entourent racontent une histoire, suscitent une émotion ou favorisent l’introspection. Par l’abstraction, un artiste peut ramener une image à sa plus simple expression : un objet traditionnel se transforme en représentation inattendue, une sculpture devient une inspiration.

Les formes abstraites représentent des émotions et des expériences tout en laissant assez d’espace pour une interprétation et une interaction personnelles. La  pensée et les émotions humaines, la pratique artistique et l’évolution constante du monde sont quelques-uns des innombrables thèmes explorés dans les formes abstraites ou conceptuelles qui non seulement révèlent ces idées, ces émotions, mais en font naitre de nouvelles chez chaque spectateur.

Essence rassemble des œuvres de cinq artistes : Joël Brodovsky-Adams, Susan Collett, Kathy Kranias, Montserrat Duran Muntadas et Brad Turner. Chacun a sa pratique bien à soi, céramique ou verre, mais ils ont en commun un amour de l’abstraction. Leur procédé consiste à épurer un concept jusqu’à en révéler une essence dont la perception germera, se développera et se transformera en chacun de nous. En altérant notre compréhension de ce qui semble être un objet fonctionnel, mais qui en fait est inutilisable, et en présentant des formes qui demandent d’être examinées avec intérêt, ces oeuvres font réfléchir sur l’environnement, sur la place de l’artiste et sur l’expérience humaine. Elles représentent les vues et les expériences personnelles de chaque artiste tout en nous invitant à participer au développement des idées exprimées.


Lunar Reflections

January 28 to May 21, 2023
Ariel Hill
Guest Curated by Cheyenne Mapplebeck

Inspirée par les cultures haudenosaunee et anishinaabe ainsi que par l’environnement, l’artiste autochtone Ariel Hill cherche à explorer la relation entre le monde naturel et l’expérience humaine. Son espoir est qu’en honorant la beauté existant jusque dans les plus fins détails de la nature, elle suscitera une prise de conscience de la connexion qui existe entre le visiteur et le thème proposé par l’artiste. Aussi, la pratique d’Ariel tend depuis quelques années à mieux refléter son identité de femme autochtone et la culture qui la lie à la terre. C’est là que Reflets lunaires a pris forme.

Présentant des vases en verre finement dessinés et des objets perlés, Reflets lunaires invite le spectateur à explorer les enseignements des treize lunes amérindiennes. Chaque lune représente une période de l’année qui connecte différemment les gens à la terre et à l’esprit. Chacune possède une histoire édifiante visant à nous guider, à nous rappeler de nos liens profonds avec la planète. Comme elle nous guérit et nous nourrit, nous devons à notre tour la protéger et la respecter.

Cette exposition est présentée dans le cadre de notre série Talents émergents grâce au soutien financier du fonds Musagetes, géré par la Waterloo Region Community Foundation.


Familiar Ways

Dauma Stirbyte, Chaos Theory, 2022. Cone 6 handbuilt black stoneware and porcelain, glaze, underglaze, nichrome wire, 24k gold luster, acrylic paint, paint markers. 55 x 28 x 35 cm. Collection of the Artist. Photo Courtesy of the Artist.

January 28 to May 21, 2023
Dauma Stirbyte

Pour plusieurs, l’art et la créativité sont source de calme et de bonheur; l’art de la céramique y contribue par le contact avec une tasse favorite ou la vue d’un beau vase. Mais lorsque travaillés par Dauma Stirbyte, les objets et les sculptures prennent une tournure plutôt étrange. Dégageant un esprit ludique et nostalgique entremêlé de peur et d’anxiété, ses oeuvres nous offrent une réalité altérée, une expérience qui puise à la fois dans nos souvenirs et dans notre incertitude face à l’avenir.

Enfant, Dauma trouvait son réconfort dans les livres, les jeux vidéo, la musique et les endroits tranquilles; elle passait aussi de grandes périodes à la ferme de ses grands-parents, explorant le monde animal et végétal. C’est là que s’est forgé son amour des insectes et de la botanique, thèmes prédominants dans son oeuvre où elle invente des rôles joués par des lombrics, des coléoptères et des fourmis. Dans la texture et la narration de ces assemblages de céramique et autres matériaux, Dauma nous attire vers une porte entr’ouverte sur non seulement sa vie à elle mais peut-être sur une combinaison de la sienne, de la nôtre et de l’inconnu. Il en résulte une expérience qui semble profonde et sans limites alors que nous pénétrons dans un monde aussi familier que surréel.

This exhibition is presented as part of the Emerging Talent Series and is generously supported by The Musagetes Fund held at Waterloo Region Community Foundation.